La toiture végétalisée : le concept écologique à adopter !

Toiture végétalisée à Skógar, Islande

Vous en avez déjà certainement vu ou entendu parler, la toiture végétale porte aussi le nom d’« écotoit » ou « toit vert ». Les jardins suspendus de Babylone en sont le parfait exemple et ce principe fait partie intégrante de la culture scandinave. Zoom sur une tendance qui n’est pas près de s’essouffler…

 

Un florilège d’avantages !

De plus en plus prônée dans l’aménagement urbain, les particuliers s’en emparent pour des raisons d’isolation, d’acoustique, sans oublier l’apport d’une touche de verdure à la maison ! Pourquoi ce toit-jardin plaît-il tant ? Il permet également de réaliser des économies non-négligeables.

L’écotoit, un isolant thermique

La toiture végétale est un très bon isolant thermique. Sa création permet de lutter contre le froid mais aussi contre le chaud, ce qui confère à votre logement un équilibre des températures. Étanche à l’air, à l’eau, au vent et au feu, le toit vert peut s’avérer être votre allié dans des conditions climatiques difficiles ! En tant qu’excellent isolant phonique, votre écotoit vous permet de réduire les bruits d’environ 50 db, une aubaine pour les citadins qui n’ont qu’une envie : absorber les ondes sonores alentours !

L’écotoit permet de filter l’eau de pluie

Aussi, la toiture végétale est acteur dans le processus de filtration et d’épuration des eaux de pluie. Chaque année, environ 50% de la quantité d’eau tombant sur les toits est absorbée, réduisant les coûts de traitement de l’eau de 5 à 10%. Et pourquoi ne pas en profiter pour réduire son impact écologique ? En réduisant le taux de CO2 et en absorbant les poussières, cette installation vous permet de baisser votre facture de chauffage et d’éviter le recours à la climatisation. Renseignez-vous également sur les aides dont vous pouvez bénéficier. Certaines collectivités locales peuvent vous apporter des subventions, comme la région des Hauts de Seine à hauteur de 80% dans la limite de 48 € par mètre carré. Vos Économies d’Énergie propose des services dans la recherche d’aides concernant l’installation de toiture végétalisée. En bref, des dépenses allégées et un regain d’énergie !

Agrémenter à sa guise sa toiture végétalisée est particulièrement esthétique, en misant sur des mélanges de plantes et de fleurs. La biodiversité est encouragée à se développer, faisant nicher tour à tour des oiseaux et vous permettant même d’installer une ruche. Quoi de plus ressourçant avant la période estivale que de faire de votre toit un terrain de jeu de contrastes et de couleurs ?

Votre écotoit, mode d’emploi

Pour réaliser votre toiture végétalisée, assurez-vous d’avoir un toit parfaitement plat, étanche et résistant, ou avec une pente allant jusqu’à 30%. Etudiez notamment la surcharge de poids acceptable par votre toiture et tenez compte de l’exposition de votre celle-ci. Elaborez votre budget en sachant que le prix d’un toit végétalisé varie de 50 € en moyenne à 300 €/m².  Un avis technique validé par le CSTB, la Certification au feu M1 et le respect des normes DTU de la série 43 sont exigés. Cette méthode de végétalisation doit également être garantie par l’Agence Qualité Construction (AQC).

Avant de démarrer votre installation, nous vous recommandons de disposer une bâche à bassin sur la toiture. Se superposent ensuite cinq couches de composants : la structure portante en bois, en béton ou en acier puis la couche draînante et la filtration en polyéthylène gaufré, ainsi que du substrat issu du compost végétal (feuilles, écorces, pierres légères…). Votre dernière couche végétale doit permettre la plantation.

écotoit à gazon
Maisons à toits de gazon à Skógar, Islande

Entretien et plantes adaptées au toit végétal

Si vous souhaitez une toiture de plantes grasses et de graminées réclamant peu de soin (toit extensif), une épaisseur de 5 cm de terre sera suffisante. D’autre part, la toiture semi-intensive est adaptée aux toitures-terrasse en plantant du gazon, des buissons et quelques plantes vivaces sur un substrat de 12 à 30 cm. En revanche, si vous désirez un toit aux allures de prairie (toit intensif) avec des graminées (fétuques bleue, fétuques améthyste…) et des fleurs variées demandant davantage d’entretien, il sera plus raisonnable de disposer une couche de substrat d’au moins 30 cm et d’un support en béton. A chacun son coin de nature !

Pour parer votre toit, veillez à choisir des végétaux résistants, nécessitant peu d’entretien et survivant aux aléas de la météo. Il nous semble important de rappeler que les végétaux utilisés doivent être adaptés au climat local. Vous pouvez embellir votre toiture avec des plantes vivaces très robustes comme les sedums ou orpins qui sauront s’épanouir sans craindre les intempéries ou la sècheresse. Envie de voir votre jardin suspendu évoluer au fil des saisons ? N’hésitez pas à investir dans des bulbes (tulipes, iris, jonquilles…) qui fleuriront petit à petit !

Toiture végétalisée à Lanxmeer, Pays-Bas
Toiture végétalisée à Lanxmeer, Pays-Bas

 

La toiture extensive : l’option de celles et ceux qui n’ont pas forcément la main verte

 

Sedum palmeri
Sedum palmeri

Orpin
Orpin

Sedum acre
Sedum acre

Mousse
Mousse

 

 

La toiture semi-intensive : le juste équilibre

Fétuque bleue
Fétuque bleue

Fleurs sauvages
Fleurs sauvages

Myosotis des bois
Myosotis des bois

Buisson
Buisson

 

La toiture intensive : pour les amoureux de la nature

Iris
Iris

Jonquilles
Jonquilles

Crocus
Crocus

Arbuste
Arbuste

 

Alors, convaincus par la toiture végétalisée ?

Plutôt extensive, semi-intensive ou intensive ? 

À propos de l'auteur 

Articles rédigés par diverses personnes du siège social de Cimm Immobilier.

A propos équipe communication 117 Articles
Articles rédigés par diverses personnes du siège social de Cimm Immobilier.

1 Commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*