Délai de rétractation d’un mandat

Les trois premiers mois d’un mandat sont irrévocables, rétractation impossible !

L’article 78 du décret n°72-678 du 20 juillet 1972, décret d’application de la loi Hoguet, précise que tout mandat comportant une clause d’exclusivité ou une clause pénale doit pouvoir être dénoncé (on parle communément de rétractation) n’importe quand avec un préavis de 15 jours par LRAR, après une première période d’irrévocabilité de trois mois.

La jurisprudence a précisé que la dénonciation – rétractation devant pouvoir être effective au bout de trois mois, la LRAR pouvait valablement être envoyée quinze jours avant cette échéance.

La loi Hoguet et son décret étant d’ordre public, il n’est pas possible de se soustraire à la formalité de la LRAR, d’autres modes de dénonciation n’ont pas été retenus.

Irrévocabilité du mandat en cas de vente d’un immeuble par lots

Les trois premiers mois d’irrévocabilité peuvent éventuellement être réduits d’un commun accord lors de la prise d’un mandat, mais pas augmentés, sauf dans les cas suivants : la vente d’immeuble par lots, la souscription ou la première cession d’actions ou de parts de société immobilière donnant vocation à une attribution de locaux en jouissance ou en propriété, ou la location, par fractions, de tout ou partie des locaux à usage commercial dépendant d’un même ensemble commercial.

Dans ces cas, le mandat doit néanmoins préciser les cas et conditions dans lesquels il peut être dénoncé avant sa complète exécution lorsque l’opération porte en totalité sur un immeuble déjà achevé. En pratique un mandat pour commercialiser un ensemble immobilier achevé pourra être exclusif avec une période d’irrévocabilité d’un ou deux ans, sous réserve par exemple que l’agent immobilier réalise les ventes à un certain rythme. Cet aménagement est bienvenu, il permet à l’agence d’engager des actions de commercialisation coûteuses sans craindre que son mandat ne soit dénoncé du jour au lendemain.

La renonciation à la vente vaut dénonciation du mandat

Il peut être mis fin à un mandat immobilier en renonçant à l’opération, et ce même pendant la période d’irrévocabilité. Il ne s’agit pas de rétractation mais d’abandon du processus de vente. Il faut que cette renonciation soit effective, la reprise, plus tard, de la commercialisation directement ou par un autre intermédiaire pourrait être sanctionnée.

Un mandat exclusif peut être transformé en mandat simple

Et sauf mention contraire dans le mandat, ou refus du mandataire, un mandat exclusif peut être transformé unilatéralement par le vendeur particulier en mandat simple, par LRAR, après toutefois la première période d’irrévocabilité.

À propos de l'auteur 

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*